A la maison ou au bureau, l’internet haut débit s’appuie sur une solution fixe: le câble. La limite des capacités de l’infrastructure peut vous empêcher d’accéder à l’internet rapide. Combler cette fracture numérique grâce aux nouvelles technologies est possible. Si l’accès aux données internet est conditionné par une règlementation, cela se complique. C’est la fin de la neutralité du net. Explications.

Image associée

Limites techniques

Dans certaines régions, la densité de population ne justifie pas l’investissement dans la fibre optique par les fournisseurs d’accès à internet (Proximus, VOO, Telenet ou Orange en Belgique) . Il est actuellement possible de contourner ce problème parce que l’accès aux données internet n’est conditionné que par l’infrastructure. Comment? Un boîtier permet de transformer le signal du réseau mobile  (3 ou 4G) pour votre connexion domestique. En tant que « bêta-testeur » de cette solution, je vous confirme que cela fonctionne, et pourtant!

Limites règlementaires

Depuis quelques semaines aux États-Unis, une nouvelle règlementation permet aux opérateurs télécoms de donner un accès plus rapide à certains services, voire de filtrer certains contenus ou services. En fonction du coût de votre abonnement, certains types de contenus pourraient être privilégiés par rapport à d’autres.

Rien de neuf?

Obtenir un service en fonction de la formule tarifaire pour laquelle on paie semble normal. La fin de la neutralité du net, c’est autre chose. Par neutralité, on entend « l’égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet sans discrimination de la source, de la destination ou du contenu de l’information ». La fin de la neutralité du web rendrait certains contenus (ex: Netflix, Amazon Prime, YouTube,…) plus facilement accessibles sur le net. A l’inverse, les opérateurs télécoms pourraient empêcher l’accès à certains sites et applications.

« La neutralité du web permet la garantie de la liberté d’expression, l’innovation et une concurrence loyale » – Les entreprises du web.

Vs.

« La neutralité du web est coûteuse et représente un frein au développement des infrastructures » – Les géants des télécoms.

Pourquoi Google, Facebook ou Airbnb sont pour la neutralité du web?

A terme, les Facebook, Google et autres médias digitaux ont tout intérêt à relayer une information vérifiée et de qualité au plus grand nombre pour fidéliser leur audience.  Leur modèle économique repose aussi sur la qualité des data qu’ils fournissent. Le combat contre les fake news est déjà bien engagé, celui pour la neutralité du net ne fait que commencer.

Source :

La neutralité du Net ou le péril américain – Les Echos – Simon Amsellem – 27/12/2017